Association Arkhaï
rss feed
facebook
twitter
Newsletter
*requis
Troisième numéro (juin 1994)
« Toute parole est préjugé », dit Nietzsche. « Voilà le motif pour lequel quiconque réfléchit n'aura jamais la hardiesse de déposer dans le langage les pensées qu'il a eues », renchérit Platon. Du moins ne les y déposera-t-il pas sans moultes contorsions et en déclinant d'avance toute responsabilité quant à leur fidélité ; le verbe est faible, hélas ! Mais Maynard de lancer :

« Si ton esprit veut cacher
Les belles choses qu'il pense
Dis-moi, qui peut t'empêcher
De te servir du silence ? »

En vérité, l'expression philosophique n'a rien d'un schibboleth ; bien au contraire, elle procède du Drang poétique. La gerbe de feu que trace une météorite en pénétrant notre atmosphère au terme de son voyage astronomique : voilà la parole du philosophe et du poète, transfigurée par l'alchimie qui de l'intuition a fait verbe.

Ainsi donc, un art épanoui se nourrit toujours de symbolisme, de contamination et de surréalisme ; oui, Friederich Vischer, les tableaux — on doit les voir puer ; oui, Eduard Hauslicks, c'est à votre nez qu'en a Tchaïkowsky — et puisse-t-il vous le bouffer. Déjà au quatrième siècle avant notre ère, Tchouang-Tseu brocardait les imbéciles qui pensent qu'un tableau doit représenter une réalité.

Ainsi donc encore, le cratère de la pensée doit nourrir son magma de tous feux, et peut-être après une éruption trouvera-t-on parmi les lapilli et les scories quelques pierres d'un éclat inconnu — sinon il reste la grande beuverie, puisque René Daumal la fait commencer par un dialogue laborieux sur la puissance des mots et la faiblesse de la pensée.

À chacun donc sa voix et son timbre, mais silence aux esprits hémiplégiques ! Poésie et philosophie sont deux montagnes opposées où l'on parle de la même chose, rappelait Heidegger (et avant lui Descartes dans les Olympiques). Allons plus loin : ces montagnes ne s'opposent seulement tant que l'on y parle pour ne rien dire ; poésie lettriste et dialectistique sont alors les cadavres vides dont le terril jette une ombre infertile.

En définitive, avec rime ou raison et insoucieux de la diversité de leurs oripeaux ou peintures de guerre, les créateurs se retrouvent sous l'étendard de Shakespeare :

« But wherefore do not you a mightier way
Make war upon this bloody tyrant Time ?
And fortify your self in your decay
With means more blessed than my barren rhyme ? »


Sommaire

Nicolas Monod,
Scholies,
page 3.
pdf (10.8 Mb)

Alexandrine Schniewind,
Le gnosticisme à la lumière de la critique plotinienne,
page 17.
pdf (7.8 Mb)

Dossier poésie

Ákos Dobay,
page 47.
pdf (352 Kb)

Jacques Cayenne,
Visions d'un sourd,
page 51.
pdf (5.4 Mb)

Rohan Sant,
page 65.
pdf (262 Kb)

Maurice Netaref,
Huevos à la mexicana suivi de Quelques tabous,
page 73.
pdf (360 Kb)

Fag / Perillard / Rouiller,
page 81.
pdf (217 Kb)


Couverture

Márta Masszi
Αρχαι - Arkhai

Collection philosophique
& projet transdisciplinaire