L'association

L’association a pour but de concevoir et d’éditer la revue Arkhaï. Elle peut également proposer d’autres formes de contribution à la culture, notamment: la conduite d’activités théoriques et pratiques et/ou la participation à de telles activités; des interactions didactiques avec le public; le dialogue, la collaboration et/ou le partenariat avec des entreprises, des institutions ou des personnes poursuivant un but similaire.

Arkhaï est une association de bénévoles et d'intérêt collectif, sa pérennité repose sur l'engagement de son comité directeur, sur les cotisations de ses membres, sur la générosité de mécènes ainsi que sur les soutiens d'organismes publics et privés.

N'hésitez pas à faire parvenir vos dons à l'association, dont voici les coordonnées: Association Arkhaï, p.a. Jamil Alioui, Rue Couchirard 15, 1004 Lausanne, Suisse, IBAN CH59 0076 7000 L547 6732 4.

Rejoindre l'association

Pour devenir membre, contactez-nous par courriel. Les nouveaux membres sont élus par le comité directeur et la cotisation annuelle est fixée à CHF 60.

Trois numéros de la revue

Comité directeur

L'actuel comité directeur a été élu le 4 juillet 2019 lors de l'assemblée générale de l'association Arkhaï.

Jamil Alioui
Président

Jamil Alioui obtient un diplôme préparatoire aux hautes écoles d’art à en 2008 (ECAL, design), la même année il rejoint la classe de composition musicale de Lucian Meţianu. En 2013 il fonde, avec quelques compagnons d’études, un séminaire autonome de philosophie qui durera deux ans. Il obtient en 2016 une maîtrise ès lettres en philosophie, informatique et méthodes mathématiques et entreprend un doctorat en philosophie à l’Université de Lausanne, autour de la pensée de Gilbert Simondon, sur lequel il travaille actuellement. Enseignant remplaçant dans les écoles et les gymnases vaudois, conférencier ainsi que graphiste indépendant, Jamil Alioui est aussi engagé auprès de plusieurs associations d’intérêt public telles que le Groupe vaudois de philosophie ou encore le collectif de compositeurs Archebole, dont il organise les cycles de conférences depuis 2014 et qu’il préside depuis 2015. Trois de ses compositions musicales ont été créées, deux par un orchestre électronique en 2013 et une par un ensemble de chambre en 2018.

Matthieu Amat
Greffier

Matthieu Amat est docteur en philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Sa thèse sur la philosophie de la culture de Georg Simmel a été publiée en 2018 (Le relationnisme philosophique de Georg Simmel. Une idée de la culture, Paris, Honoré Champion). Il défend une certaine pratique de la philosophie de la culture comme philosophie critique, distincte de la critique sociale et de la critique politique et s’intéresse aux opérations permettant de dépasser les clôtures disciplinaires: changement d’échelle, analogies, métaphores. Il prépare un volume à ce sujet (M. Amat et C. Maigné, Philosophie de la culture, Paris, Vrin, 2020), qui s’ajoute à de nombreux articles déjà publiés dans des revues internationales, des manuels ou des encyclopédies, en français, en allemand et en anglais.

Premier assistant en philosophie moderne et contemporaine à l’Université de Lausanne, il forme les étudiants à la lecture des textes philosophiques. Cette pratique pédagogique est réfléchie: à l’occasion de son enseignement au lycée en France, Matthieu Amat a corédigé un manuel de philosophie (A. Sorosina et M. Amat, Philosophie. Terminales L, ES, S, Paris, Magnard, 2014). Il a traduit récemment les Leçons de pédagogie de Simmel (Paris, Circé, 2021) ainsi que ses Écrits sur Rodin (trad. et présenté par M. Amat et D. Thouard, Paris, Circé, 2020) et continue son entreprise de traduction de textes inédits en français du sociologue, philosophe et critique berlinois.

M. Amat s’attache à sortir la philosophie de son champ académique et scolaire en la confrontant à d’autres types de productions culturelles, notamment le cinéma – par la rédaction de nombreuses critiques, entre 2011 et 2014, sur la revue en ligne critikat.com – et la littérature populaire (M. Amat et S. Merle. Le Seigneur des Anneaux. Une aventure philosophique, Paris, Ellipses, 2020).

Colin Pahlisch

Colin Pahlisch est doctorant en littérature contemporaine à l’Université de Lausanne. Il est notamment co-auteur d’un ouvrage consacré à l'écrivain de science-fiction Alain Damasio, intitulé La Croisée des souffles (Archipel Essais, 2013). Sa thèse porte sur les rapports entre pensée de la communauté et science-fiction.

En tant que jeune chercheur en sciences humaines, il s’intéresse à la façon dont la poéticité des textes reflètent et travaillent les problématiques sociales et philosophiques de la modernité. Il est depuis 2011 chargé de cours en philosophie à l'Université populaire de Lausanne et membre du comité du Groupe vaudois de philosophie, depuis 2018. Auteur de fiction littéraires il a également publié plusieurs nouvelles dans des éditions romandes, et est l'auteur d'une pièce de théâtre, Mer, publiée en 2012 (TSAR, Vevey). En 2017, il fonde le « Prix de l'Ailleurs », premier prix littéraire suisse de science-fiction.

Lucas Perdrisat
Trésorier

Lucas Perdrisat est détenteur d’une maîtrise ès lettres en philosophie et en histoire. Il est actuellement assistant diplômé en philosophie générale et systématique à l’Université de Lausanne et travaille à une thèse de doctorat consacrée au problème de l’historicité dans les pensées de Michel Foucault et Jacques Derrida. Ses intérêts de recherche portent sur la philosophie de l’histoire, l’histoire de la vérité et l’épistémologie des sciences humaines. En parallèle, il est enseignant de philosophie dans un gymnase lausannois.

Olivier Stucky

Olivier Stucky est titulaire d’une maîtrise ès lettres de l’Université de Lausanne en histoire et esthétique du cinéma et français moderne obtenue en 2018. Depuis 2019, il mène une thèse de doctorat sur les reconfigurations narratives dans la bande dessinée franco-belge à l’aune des variations de supports dans le cadre d'un projet interdisciplinaire (UNIL–EPFL) financé par le FNS. Ses axes de recherche se situent à la convergence de la narratologie, de la théorie et de l’histoire de la bande dessinée. Il s'intéresse également de près à l'histoire de l'informatique. Olivier Stucky est membre de l'International Society for the Study of Narrative (ISSN), du Réseau des Narratologues Francophones (RéNaF), du Pôle de Narratologie Transmédiale (NaTrans) et du Groupe d'Étude sur la Bande Dessinée (GrEBD).

Outre son parcours académique, Olivier Stucky est également titulaire d'un Certificat Fédéral de Capacité en Design, spécialisé en illustration et bande dessinée, obtenu à l'École d'Arts Appliqués de Genève en 2007; titre pour lequel il a reçu le prix du meilleur projet de diplôme. Il a par la suite circulé pendant quelques années dans le milieu de la bande dessinée alternative Suisse romande en s'intéressant particulièrement au domaine de la micro-édition, publiant et participant à plus d'une dizaines d'ouvrages collectifs. Dans ce cadre, il a notamment été membre du comité éditorial du huitième numéro de la revue genevoise Drozophile.

S'il s'intéresse à l'histoire de l'informatique d'un point de vue scientifique, Olivier Stucky cultive également une passion personnelle pour ce domaine dans lequel il a officié de manière professionnelle pendant plusieurs années, tant dans le support que dans la production pour le web. Ses intérêts portent notamment sur la lutte contre l'aliénation technique par la (re)prise de contrôle des ordinateurs par leurs utilisateurs ainsi que sur la défense d'une informatique libre.

Administratif

Télécharger les statuts Télécharger la charte